Asociaciones y colectivos que apoyan el manifiesto

Asociaciones y colectivos que apoyan el manifiesto del chopo cabecero:

  1. Asociación de vecinos de Vivel del Río Martín
  2. Ancient Tree Forum (Reino Unido)
  3. Centre Européen des Trognes (Francia)
  4. Asociación Amigos de Rubielos de la Cérida (Teruel)
  5. Asociación Cultural Carrasca Rock (Ejulve, Teruel)
  6. Club de Montaña Cuatrinero (Escucha, Teruel)
  7. Asociación Santo Domingo de Silos (Valdeconejos, Teruel)
  8. Asociación El Portillo (Aliaga, Teruel)
  9. Asociación "Trassierra" (Loscos - Jiloca)
  10. Plataforma “Aguilar Natural”. Aguilar del Alfambra (Comunidad de Teruel)
  11. Centro de Estudios Ambientales ITACA. Andorra (Andorra-Sierra de Arcos)
  12. Asociación Cultural “La Chaminera que Humea”. Cerveruela (Campo de Daroca)
  13. Asociación Cultural “Vaguena”. Báguena (Jiloca)
  14. Asociación Cultural “El Horno”. Torre los Negros (Jiloca)
  15. Ardea. Ecologistas en Acción. Sierra de Ayllón 
  16. Asociación Cultural “Vanyon”. Bañón (Jiloca)
  17. Colectivo Sollavientos
  18. Centro de Estudios Locales de Andorra (Andorra-Sierra de Arcos)
  19. SEO-BirdLife
  20. Teruel Existe
  21. Asociación Los Apisquillos. Puebla de la Sierra (Comunidad de Madrid)
  22. Centro Aragonés de Valencia
  23. Asociación Cultural "Cuatrineros". Montalbán (Cuencas Mineras)
  24. Asociación Cultural "Ancebillos". Lituénigo (Tarazona y Moncayo)
  25. Asociación Cultural Zauríl de Azuara (Campo de Belchite)
  26. Asociación Cultural de Vecinos y Amigos de Cobatillas (Cuencas Mineras)
  27. Asociación Cultural de Valdeconejos (Cuencas Mineras)
  28. Asociación Cultural "San Cristóbal". Torrecilla del Rebollar (Jiloca)
  29. Asociación Cultural de la Val. Cuevas de Almudén (Cuencas Mineras)
  30. Asociación Cultural "Santa Sofía". Cuencabuena (Jiloca)
  31. Asociación Cultural "Chismarraco". Torralba de los Frailes (Campo de Daroca)
  32. Ecologistas en Acción-OTUS
  33. Ecologistas en Acción-Calatayud
  34. Asociación de Amigos de la Estación, Caminreal (Jiloca)
  35. Asociación de Amigos de las Lagunas de El Cañizar, Villarquemado (Comunidad de Teruel)
  36. Asociación de Amigos de Gallocanta
  37. Asociación Pública para la Defensa del Patrimonio Aragonés (APUDEPA)
  38. Asociación Cultural "El Calabozo". Pancrudo (Comunidad de Teruel)
  39. Asociación de Amigos de Lechago
  40. Asociación Cultural "El Hocino". Blesa (Cuencas Mineras)
  41. Sociedad Española para la Conservación de los Murciélagos. Universidad de Alcalá de Henares.
  42. Fundación Global Nature. Palencia
  43. Revista Cuarto Creciente
  44. Asocaicion Ascel Lobo Ibérico. Palencia
  45. Asociación de Naturalistas Palentinos
  46. Asociación Vicente Blasco Ibáñez - Centro de Estudios León Roca
  47. Fundación Félix Rodríguez de la Fuente
  48. Colectivo Triacanthos (Zaragoza)
  49. Plataforma Albentosa Natural (Gúdar-Javalambre)
  50. Centro de Estudios del Jiloca. Calamocha (Jiloca)




Manifeste pour la conservation du Têtard

esp usa bandera_francia

aguilar-3Ce manifeste a été approuvé lors de la Première Fête du Têtard qui a eu lieu à Aguilar del Alfambra (Teruel) le 24 octobre 2009. Les associations et les collectifs qui voudront la soutenir par la suite pourront nous le faire savoir afin d’être incorporés à la liste ci-dessous.

MANIFESTE

  1. Les rivages de la Chaîne Ibérique ont été transformés historiquement moyennant la manipulation de sa végétation pour fournir des formations végétales ouvertes où certaines espèces forestières comme le peuplier noir ou le saule blanc ont été favorisées.
  2. Le têtard est une modalité du peuplier noir obtenue de façon traditionnelle au moyen de l’émondage périodique. Ces arbres ont un tronc droit et gros, élargit à l’extrêmité supérieure (tête) et suivi à une même hauteur dans les branches (poutres) qui poussent au-delà de l’accès aux dents du bétail.
  3. Les bois du têtard en résultent de la plantation, le soin et l’utilisation des communautés agricoles dans les rivières, les canaux d’irrigation et les sources depuis des siècles. Le bois a été très utilisé dans le bâtiment, en tant que combustible ou fourrage pour l’élevage extensif. L’exploitation du bétail a modelé les rivières et les a transformées en pâturages allongés avec des prés frais éclaboussés de vieux peupliers monumentaux.
  4. Les rivages de la Chaîne Ibérique aragonaise contiennent les bois de peupliers ou trognes les plus grands, les plus continus et les mieux conservés de toute l’Europe , malgré l’étendue de l’aire de distribution de cette espèce dans le Continent
  5. L’obtention de nouveaux peupliers à partir des petites branches de l’émondage des vieux têtards pendant des siècles a permis de conserver les caractéristiques propres aux peupliers noirs ibériques. Il s’agit d’un réservoir génétique face à l’introduction de gènes non autochtones dans les populations actuelles de Populus nigra à partir des varietés et des espèces foraines.
  6. Les vieux têtards déterminent le fonctionnement des écosystèmes des rives dans des nombreux tronçons des rivières du sud d’Aragon et modifient les conditions microclimatiques, édaphiques et hydrologiques, de même que la composition des communautés biologiques.
  7. Les peupleraies présentent des traits propres aux anciens bois des rivières qui hébergent de nombreux arbres vivants très âgés, d’une grande dimension et une abondance de creux internes, ainsi qu’une grande quantité de bois mort. Ces bosquets conservent une grande continuité temporelle et spatiale. Il est très difficile de trouver une telle concentration de ces arbres aux rivières actuelles de la Péninsule Ibérique.
  8. Ces trognes offrent divers microambiances servant de support, de refuge, de nourriture ou de lieu d’élevage à une communautée variée d’organismes formée par des algues, des lichens, des champignons, des mousses, des plantes vasculaires, des nématodes, des molusques, des artropodes (spécialement les insectes saproxiliques), des reptiles, des mammifères et des oiseaux. Certaines de ces espèces font partie des catalogues des espèces menacées en Aragon et en Espagne.
  9. Les peupleraies des têtards sont, dans les grandes zones de la Chaîne Ibérique, les derniers restes de végétation riveraine et les seuls arbres de l’entourage.
  10. Ces vieux arbres sont le fruit de l’intéraction entre la culture et la nature. Ce sont des éléments fondamentaux du paysage des vallées et des pieds de mont de la Chaîne Ibérique aragonaise. Ils constituent l’axe d’une architecture végétale d’un cadre ouvert et déforesté. Ces paysages, mise à part leur grande beauté, sont doués d’une identité propre et caractérisent tout un territoire. Ce patrimoine vivant est quelque chose d’unique en Europe.
  11. Cette singulière exploitation agroforestière est le résultat d’un savoir faire ancestral réuni par les communautés paysannes, considéré comme une valeur ethnologique et historique.
  12. Les changements sociaux, économiques et techniques ont provoqué l’abandon des soins et de l’utilisation des têtards depuis une vingtaine années. L’arrêt de l’émondage implique la décadence et l’effondrement de leur branchage, un processus qui se manifeste de nos jours et qui va augmenter.
  13. La diminution du débit des rivières, le tubage des canaux d’irrigation, le brûlage des berges, le lotissement, la construction de barrages et l’ouverture de mines à ciel ouvert, comme celle projectée par l’entreprise WBB à Galve et à Aguilar de Alfambra, supposent des menaces pour les têtards, qui s’ajoutent au manque des soins.
  14. Pour tout cela, les têtards sont gravemente menacés à court terme et, en l’ absence des travaux qui réinstauraient les dits soins, ils disparaîtront de façon irrémissible dans quelques décennies.
  15. Le Ministère de l’Environnement, à travers les différentes Confédérations Hydrographiques de l’Èbre et du Júcar, entités responsables de la gestion des rivières, doit entreprendre un plan de conservation des masses de têtards moyennant la récupération de l’émondage par l’intermédiaire des groupes de travailleurs forestiers spécialisés et à travers la déclaration de “Paysage Fluvial Protégé” des meilleurs tronçons de rivière avec ces endroits boisés.
  16. Les têtards représentent une culture forestière avec une incidence très positive dans les systèmes écologiques, qui doit être reconnue par les Départements d’Agriculture et de l’Environnement du Gouvernement d’Aragon, dans le cadre d’un plan d’aides visant à compenser les agriculteurs de l’effort de leur conservation à travers le maniement tradictionnel.
  17. Le Département de l’Environnement, par ailleurs, doit s’impliquer dans la protection des peupliers et des peupleraies à caractère monumental, ainsi que tous les autres situés dans des bois de sa responsabilité directe, afin de restaurer l’émondage.
  18. Ces trognes âgés, obtenus par le travail des générations, supposent un patrimoine unique avec une valeur suffisante pour la déclaration de quelques tronçons des rivières aragonaises comme un “Parc Fluvial” par le Département de l’Éducation et de la Culture du Gouvernement d’Aragon, ce qui impliquerait une mise en valeur et un élan socio-économique dans le monde rural.

Río Aguas Vivas en Baños de Segura

banyos

Grupo de chopos monumentales en el Barranco del Aguas Vivas en los Baños de Segura, en el término municipal de Segura de Baños.


Acceso: desde Segura de Baños, por la carretera A-2401 dirección Cortes de Aragón. La carretera
cruza el río Aguas Vivas al poco de bajar el puerto. La chopera se sitúa bajo el puente.


Características: más que por la extensión de la chopera o la monumentalidad de los ejemplares, este tramo merece ser visitado por la belleza escénica ofrecida por el río y la pequeña vega con chopos enmarcada por cañones y farallones rocosos. El tramo lineal alcanza unos 500 metros, en los que aparecen los cabeceros junto al río y entre huertos familiares, en ocasiones con pequeños frutales.


Juncales y herbazales crecen bajo la chopera y ofrecen un pequeño paseo entre la tranquilidad del soto, muy cerca de donde se encuentran las instalaciones de los antiguos baños de Segura.
Río abajo también pueden observarse buenos grupos ocupando ambos márgenes, aunque es en los meandros donde se da una mayor densidad.